Quels sont les avantages du nouveau plan d’épargne retraite (PER) ?

Dans le cadre de la loi Pacte (Plan d’Action pour la Croissance et la Transformation de l’Entreprise), le gouvernement a récemment mis en place un nouveau produit pour investir son argent en vue de constituer un complément de revenu à la retraite. Il s’agit du plan d’épargne retraite (PER). Ce produit remplace le PERP, le Madelin, le PERCO et le dispositif dit « article 83 » (produit d’épargne pour entreprise). En fusionnant ces différents produits, le gouvernement met à disposition des épargnants un outil plus simple et plus souple pour préparer sa retraite. Voyons ensemble l’intérêt de l’épargne à long terme et les caractéristiques du PER.

Quel est l’intérêt d’épargner à long terme ?

L’objectif principal des personnes épargnant à long terme est de préparer leur retraite. Le financement des retraites est un sujet délicat. Le modèle français de retraite par répartition est notamment malmené par un déséquilibre de la pyramide des âges. Les Français souhaitent partir tôt, et en même temps jouir d’une retraite généreuse. L’équation paraît insoluble. Il existe néanmoins une solution pour améliorer ses revenus à la retraite : capitaliser une partie de ses revenus durant sa vie professionnelle et les consommer sous forme de capital ou de rente à partir du départ en retraite. C’est justement ce que permet le PER

Quel est le principe du PER ?

Le plan d’épargne retraite PER est une enveloppe au sein de laquelle les épargnants peuvent placer de l’argent en vue de constituer un capital pour la retraite (ou pour quelques cas de sortie anticipée). La particularité du PER est qu’il offre des avantages fiscaux intéressants. Concrètement, les sommes versées sur le PER sont déductibles du revenu imposable. Les avantages fiscaux s’appliquent sur les versements dans la limite de 10 % des revenus de l’année N-1 ou 10 % du plafond de la sécurité sociale (soit 4052 € pour 2020). Les personnes disposant de gros salaires sont davantage intéressées. Cela pour 2 raisons. Tout d’abord, ces personnes peuvent mécaniquement déduire davantage de leurs revenus imposables. Aussi, avec de gros salaires, ces personnes atteignent les tranches marginales d’imposition (TMI) les plus élevées (30 %, 41 % et 45%). De ce fait, la réduction d’impôt exprimée en pourcentage des sommes versées est d’autant plus importante. Elle peut atteindre 45 % avec la tranche marginale la plus élevée. Dit autrement, un versement de 1000 euros sur le PER permet une diminution de 450 euros dans la TMI à 45 %. Sachez qu’il est aussi possible de ne pas défiscaliser les versements de son revenu imposable. Dans ce cas, l’avantage fiscal se matérialisera à la sortie du PER.

En effet, si vous défiscalisez les versements, la fiscalité à la sortie du capital suivra le schéma suivant : le montant des versements sera imposable à l’impôt sur le revenu, tandis que les plus-values seront imposées au prélèvement forfaitaire libératoire (dont le taux est de 30%). Si vous ne défiscalisez pas les versements, seules les plus-values sont imposées (au prélèvement forfaitaire libératoire de 30 %). Il est aussi possible de sortir le capital sous forme de rente. Là, encore, une fiscalité différente est appliquée selon que les versements aient été ou non défiscalisés.

L’argent versé sur le PER peut être investi sur une multitude de produits. Les produits accessibles sont les mêmes que ceux accessibles au sein de l’assurance vie : fonds en euros, fonds d’investissement investis en actions, immobilier type SCPI ou OPCI, etc. Les fonds en euros offrent une garantie sur le capital investi mais leur rendement est en baisse constante, parvenant tout juste à compenser la perte de pouvoir d’achat résultant de l’inflation. Préparer sa retraite est généralement un objectif à long terme. Cet horizon de placement permet d’envisager l’allocation du capital vers des placements offrant les meilleures performances à long terme, en contrepartie d’une volatilité plus grande et/ou d’une liquidité plus faible (la rapidité à laquelle l’investisseur peut céder ses placements). Parmi les classes d’actifs les plus rémunératrices, on peut citer les actions et l’immobilier. Le PER permet d’investir sur ces classes d’actifs.

Quels sont les alternatives au PER ?

Une des principales alternatives au PER est sans conteste l’assurance vie. Cette dernière ne permet pas de défiscaliser les versements réalisés sur l’enveloppe mais offre en revanche une fiscalité très avantageuse au moment de la sortie de capital du contrat. Les retraits sont possibles à tout moment mais l’avantage fiscal se matérialise dès lors que le contrat a plus de 8 ans. L’assurance offre donc plus de souplesse que le PER. Sachez néanmoins qu’il est aussi possible de retirer le capital du PER avant la retraite dans certaines situations difficiles telles que la fin de droits au chômage, le surendettement, l’invalidité, le décès du conjoint, la cessation d’activité suite à une liquidation professionnelle. Un autre cas de figure, plus intéressant celui-ci, permet également de retirer de l’argent du PER avant la retraite : l’achat d’une résidence principale. Cela étant, l’assurance vie demeure généralement plus intéressante pour capitaliser en vue de ce type d’achat.

Au final, le PER est intéressant pour les personnes souhaitant se créer un complément de revenu à leur retraite. Le PER est idéal si le différentiel est important entre le taux marginal d’imposition lors de la vie active et le taux marginal attendu au moment de la retraite. Le PER est aussi intéressant dans le sens où il permet de différer l’impôt sur ses revenus et donc de limiter le frottement fiscal. Il est recommandé de faire appel à un conseiller en gestion de patrimoine pour évaluer l’intérêt du PER dans sa situation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *