En savoir plus sur la future assurance pandémie

La pandémie de Coronavirus a paralysé plusieurs secteurs d’activité. Le gouvernement français et l’ensemble des assureurs étudient actuellement l’idée de la création d’une police d’assurance dans le but d’aider les firmes en cas de nouvelles crises sanitaires. Néanmoins, cette idée est en cours de traitement étant donné qu’il faut encore bien éclaircir certains détails sur son fonctionnement. Focus sur cette nouvelle police d’assurance spéciale pandémie.

L’origine de cette idée d’assurance pandémie

Cette solution a vu le jour à cause de cette crise sanitaire qui a touché de plein fouet plusieurs entreprises. Ainsi, le 15 avril passé, le gouvernement français avait annoncé la mise en place d’un groupe de travail dirigé par le ministère de l’Économie et des Finances. Il a pour but la création d’un régime d’assurance des pandémies. Ce groupe de travailleurs livrera ses premières suggestions bien avant la fin du mois de juin, d’après l’exécutif. Cette nouvelle alternative serait inspirée du régime des accidents naturels. Cependant, il faut encore éclaircir son fonctionnement, surtout les modes de collecte de réserves et la façon dont elles seront débloquées et les personnes qui pourront en jouir. Elle pourrait être la meilleure assurance vie pour les entreprises.

En effet, la genèse de cette pensée d’assurance pandémie survient après le refus catégorique des sociétés d’assurance de couvrir les pertes d’exploitation des firmes liées au COVID-19. Cette pandémie n’ayant pas engendré des dégâts matériels à des biens tels que ceux causés par une rupture de machine ou un incendie. Une multitude de critiques a suivi cet arrêté. Vous ne pouvez pas reprocher aux compagnies de ne pas couvrir cette condition si elle n’est pas définie dans le contrat. La garantie perte exploitation est explicite : elle préconise (en cas de clauses exclusives élargies) un dégât matériel pour son application.

En France, si les préjudices d’exploitation se rapportant à la pandémie devaient être pris en charge, cela vaudrait plus de soixante milliards d’euros aux sociétés d’assurance. Une somme astronomique qui excéderait leurs propres capitaux.

En quoi consisterait principalement cette nouvelle garantie et qui seront les principaux bénéficiaires ?

La future assurance pandémie semble être une très bonne initiative étant donné qu’elle permettra de couvrir les risques sanitaires capables de mettre en danger les petites et moyennes entreprises (PME). Surtout les organismes les plus vulnérables en temps de crise. En outre, cette garantie peut ne pas être facultative. D’après les différentes propositions de textes présentés, on se dirige vers une assurance obligatoire, tout comme pour la couverture de risques catastrophes naturelles.

Toutes les sociétés pourront-elles profiter de cette meilleure assurance vie ? Ce n’est pas certain. Plusieurs inconnues tournent autour de la question et spécifiquement celle des bénéficiaires. Ce soutien pourrait être accordé aux PME (petites et moyennes entreprises), néanmoins les grandes organisations se sentiront probablement lésées. De plus, rien n’indique pour le moment que la future assurance pourra rembourser la totalité des pertes d’exploitation. Alors, une cotisation pourrait être instituée.

En somme, les autorités n’ont pas encore statué sur cette nouvelle garantie. Avant la fin du mois de juin, nous analyserons les différentes recommandations du groupe de travail guidé par le ministère de l’Économie et des Finances.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *